Les arts martiaux chinois, popularisés sous le nom de kung-fu, également désignés par les termes mandarins wǔshù (武术), guóshù Écouter (国术) ou quánfǎ (拳法) et parfois désignés sous le terme de boxes chinoises, sont constitués de centaines de styles différents de combat à main nue ou armée, qui ont été développés en Chine au fil des siècles.

     Kung-Fu/Wushu

Le chang quan est un style traditionnel des arts martiaux chinois, du nord de la Chine. Elle a été construite et enseignée essentiellement dans la communauté musulmane des Hui.

Elle se caractérise par ces nombreux coups de pieds sautés, l'allongement des postures et des mouvements. Cette boxe réclame de la part du pratiquant des qualités gymniques (souplesse et tonus).

Il ne faut pas confondre ce style avec plusieurs enchaînements du Shaolin quan traditionnel qui portent ce nom, ni avec les versions modernes du Shaolin quan.

En 1956 la Commission nationale d'éducation physique (Guojia Ti Wei) réalise une synthèse de plusieurs boxes du nord de la Chine afin de créer une boxe plus sportive. Cette boxe fut appelée chang quan (« long poing » ou « boxe longue »). Ce chang quan moderne se voulait une synthèse officielle de plusieurs boxes chinoises : cha quan, hua quan, pao quan et hong quan, etc. , toutes choisies pour leurs qualités gymniques (tonicité, étirement) et chorégraphiques. Cette boxe sert de base à l'ensemble des écoles de wushu moderne dépendantes des institutions sportives régionales ou nationale.

        Chang Quan

Le tai-chi-chuan ou tai chi ou taiji quan (chinois simplifié : 太极拳 ; chinois traditionnel : 太極拳 ; pinyin : tàijí quán Écouter ; Wade : t'ai chi ch'üan ; cantonais Jyutping : taai³gik⁶kyun⁴ ; cantonais Yale : taaigihkkyùhn ; littéralement : « boxe du taiji » ou « boxe du faîte suprême », également prononcé en japonais taikyoku ken) est un art martial chinois dit « interne » (neijia) souvent réduit à une gymnastique de santé. Il peut aussi comporter une dimension spirituelle. Il a pour objet le travail de l'énergie appelée chi.

         Tai ji Quan

Constamment en guerre ou en rébellion, la Chine a pu développer de nombreuses armes au cours des années. On compte deux types d'armes : celles conçues pour tuer (épée, lance..) et celles qui proviennent du quotidien (outils agricoles,éventail..).   

    Armes du Wushu

Le tang lang quan ou tanglang quan (chinois: 螳螂拳; pinyin: tánglángquán) ou « boxe de la mante religieuse » désigne l'ensemble des styles d'imitation animalière de la mante religieuse dans les arts martiaux chinois. Selon les légendes, le créateur de ce style traditionnel serait Wang Lang (王朗), durant la dynastie Song (Xe – XIIIe siècle) ou bien à la fin de la dynastie Ming (XIVe – XVIIe siècle), dans la province de Shandong.

         Tang Lang

Le sanshou (散手; sǎnshǒu; « main libre ») ou sanda (散打; sǎndǎ; « combat libre ») est un sport de combat chinois, un système de self-défense, ou un combat entre deux compétiteurs. Créé au XXe siècle, le sanshou n'est généralement pas considéré comme un style martial en lui-même, mais plutôt comme l'une des deux composantes de l'entraînement des arts martiaux chinois, en complément de la pratique des formes (taolu). Il peut être considéré comme la pratique des applications martiales ou bien comme du combat libre.

     Sanda/Sanshou

Le qi gong, qigong, chi gong ou chi kung (chinois simplifié : 气功 ; chinois traditionnel : 氣功 ; pinyin : qìgōng ; Wade : ch'i gong) est une gymnastique traditionnelle chinoise et une science de la respiration qui est fondée sur la connaissance et la maîtrise du souffle et qui associe mouvements lents, exercices respiratoires et concentration1. Le terme signifie littéralement « réalisation ou accomplissement (gong) relatif au qi », ou « maîtrise du souffle ».

           Qi gong

  • Facebook
  • YouTube

© 2019 Centre Wushu Sport - Mail: centrewushusport@yahoo.fr - Tel: 07 68 86 24 26